Nous allons voir dans cet article ce qu’est la chauve-souris, comment elle se mange et pourquoi cela peut être dangereux de la consommer.

La viande de chauve souris est une viande consommé dans les pays d’Asie et d’Océanie.

La viande ressemble un peu au poulet.

Elle peut être frite, grillé ou cuite dans des ragoûts. La viande a une faible teneur en matière et contient beaucoup de protéines.

Selon certaines croyances africaines, cette viande permettrait de guérir l’asthme, les infections rénales et systémiques.

Les particularité de la chauve-souris

Les chauves-souris sont pour la plupart frugivores (qui se nourrit de fruits mûrs). La race prédominante sont les roussettes, elles sont appelé “flying fox” ou renard volant.

La Roussette se nourrit dans les arbres où elle se gave de fruits et opère la pollinisation. Ce sont les seuls mammifères capables de voler. Ce ne sont ni des rongeurs, ni des oiseaux mais bien des mammifères, c’est-à-dire que les mamans allaitent leurs petits.

chauve-souris, roussette

Les chauves-souris (chiroptères) représentent un cinquième des mammifères du globe, groupe le plus important après les rongeurs. Certaines chauves-souris peuvent vivre plus de 40 ans, c’est-à-dire que certaines ont dû connaitre Elvis Presley !

Les plus grandes chauves-souris font 1m70 d’envergure. Cela ferait plus de 65 millions d’années qu’ils seraient sur Terre (chez nous l’Homo Sapiens est apparu il y a 200 000 ans).

La chauve-souris est lucifuge, elle fuit la lumière. Elles sortent la nuit comme cela elles sont moins en concurrence avec les oiseaux et sont pas menacés par les prédateurs. Elles vont en moyenne a 30km/h, les plus rapides peuvent aller à 90 km/h. La journée elles dorment.

Elles dorment la tête en bas ! Pour ne pas tomber, elles ont des griffes très développées pour s’accrocher aux branches. Dans leurs pattes, elles ont un tendon spécial qui s’insère dans une gaine et bloque ainsi la position.

Les chauves-souris sont pour la plupart frugivores mais il existe aussi 3 espèces de chauve-souris vampire en Amérique tropicale. Il leur faut environ l’équivalent une cuillère de sang par jour. Elles s’accrochent à leur proie (vaches, poules, chevaux) sans lui faire mal, comme elles ont un liquide anesthésiant dans leur bouche. Mais elles peuvent comme cela transmettre certaines maladies comme la rage.

Les effectifs de chauve-souris sont en baisse constante depuis plusieurs années à cause de différents facteurs : diminution du nombre d’insectes, pollution lumineuse, perte d’habitat…

Comment se cuisine la chauve-souris ?

La question que vous vous posiez depuis le début bande de gourmants ! La chauve-souris peut se manger en soupe, comme c’est le cas dans la république des Palaos, dans le nord de l’Indonésie, en Micronésie.

Une chauve-souris se mange bien fraîche et rapidement ébouillantée, assaisonnée de divers légumes et aromates. Ou bien on peut la manger comme un canard également en l’ouvrant au niveau du ventre et en mangeant sa chaire.

Elle peut se manger aussi au Congo, comme le montre la vidéo ci-dessous. Appétissant ? A vous de juger…

sur un marché à Manado en Indonésie

 

Pourquoi les chauves-souris représentent un foyer de virus ?

Du fait de leur mode de vie grégaire (qui vivent en groupe) et de leurs capacités immunitaires très développés qui se défendent contre les virus, les chauves-souris constituent un foyer privilégié pour ces derniers, dont Ebola, les coronavirus SRAS, Mers-Cov et 2019-nCov.

Quand la maladie passe à un autre être vivant dont le système immunitaire est moins fort, comme les humains, alors les virus font des ravages mortels.

Voici une vidéo qui explique comment les chauves-souris peuvent transmettre leur virus, notamment en infectant d’autres animaux d’élevage que nous mangeons ensuite. Et oui là où nous déforestons, et installons des fermes agricoles, des chauves-souris peuvent par exemple laisser tomber leur nourriture infectée, comme des pommes, dans des champs..ces restes d’aliments seront ensuite mangées par des cochons ou des vaches…que nous mangerons ensuite…vous connaissez tous l’histoire du marché aux poissons de Wuhan…

En plus, des chercheurs ont constaté que lorsque l’habitat des chauves-souris est perturbé, elles ont une réaction de stress et répandent encore plus de virus dans leur salive, leurs urines et leurs déjections. C’est là que d’autres animaux peuvent être contaminés et ensuite transmettre la maladie à l’être humain.  

Pourquoi les chauves-souris ont un système immunitaire plus développé ?

Dans les airs, la chauve-souris parvient à rendre son métabolisme deux fois plus performant que celui d’un rongeur en train de courir. Malgré une intense activité en l’air, elles possèdent des anti-inflammatoires qui empêche des molécules de provoquer la rupture de leur tissus (ce qui serait impossible pour le métabolisme de l’homme).

En plus leur système immunitaire libère des molécules de signalisation (appelés interferon alpha) qui peuvent indiquer qu’un virus est là. Les cellules peuvent alors rejeter le virus grâce aux signaux de l’interferon. Une étude a été mené sur des chauve-souris et des singes, on leur a administré le virus Ebola, les cellules des singes ont été tués au contraire de celles des chauve-souris qui ont survécu. Par contre le virus reste alors plus longtemps dans leur organisme. Des chercheurs de l’universite de Californie à Berkley poursuivent : “Cela voudrait dire qu’avoir un système d’interférons très robuste permettrait aux virus de rester plus longtemps dans leur réservoir. Avec une réponse immunitaire élevée, vous obtenez des cellules protégées de l’infection et le virus peut se répliquer sans causer de dégâts dans l’organisme de celui qui l’accueille. Ensuite, lorsqu’il se répand chez quelqu’un d’autre, le mécanisme antiviral n’est plus le même, et la pathologie se déclare.”  D’où le fort taux de mortalité chez les humains…et nous sommes pas tous Batman…

Et c’est quoi cette histoire de pangolin ?

Récemment, le virus RaTG13, isolé à partir d’une chauve-souris de l’espèce Rhinolophus affinis qui vient de la province chinoise du Yunana, a été décrit comme similaire à 96% du SARS-CoV2. 

Toutefois, début février, des scientifiques ont révélé qu’un virus encore plus proche (99%) du SARS-CoV-2 avait été identifié chez le pangolin.

Ainsi, le coronavirus isolé chez le pangolin peut entrer dans les cellules humaines, contrairement à celui isolé chez la chauve-souris. Le virus SARS-CoV-2 est donc issu d’une recombinaison entre deux virus différents: l’un proche de celui de la chauve-souris et l’autre du pangolin. Pour qu’une recombinaison se produise, les deux virus divergents doivent avoir infecté le même organisme de façon concomitante. aC’est déjà par le biais de ce mécanisme de recombinaison qu’était apparu le SARS-Cov. L’auteur du papier de conclut : “Deux questions restent en suspens : dans quel organisme a eu lieu cette recombinaison ? (une chauve-souris, un pangolin ou une autre espèce ?) Et surtout dans quelles conditions a eu lieu cette recombinaison ?

Pour l’instant, au moment de l’écriture de cet article l’enquête est toujours en cours et le procès de la chauve-souris n’a pas été tranché…

Sources :

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/31536-Nouveau-coronavirus-epidemies-proviennent-chauve-souris

https://pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/31869-Coronavirus-virus-aurait-origine-double

 

Viande/poisson

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *